itw-alecanthia1

Alécanthia – Tome 1, vu par S.Owl

S.Owl nous parle un peu plus en détail du premier tome de sa trilogie, Alécanthia. Débutée il y a quelques années, elle nous explique d’où lui est venu le nom de ce continent, quelles sont ses inspirations pour les personnages, mais aussi pourquoi elle a choisi de mettre en scène une héroïne plutôt qu’un héros.

S.Owl nous parle de son livre

Salut Sophie ! Nous en avons appris un peu plus sur toi il y a quelques jours. Aujourd'hui, nous allons parler de ta saga Alécanthia, et plus particulièrement du premier tome, les cristaux de la Destinée. Pour commencer, pourquoi avoir appelé ta trilogie Alécanthia ? Est-ce que ce mot a une signification particulière ?

Alécanthia est le nom du continent où se déroule principalement l'histoire. Tout comme pour mes personnages, c'est un nom qui m'est venu assez naturellement. Après qu'il ait surgi dans mon esprit, j'ai eu le sentiment qu'il faisait référence à quelque chose de joyeux : « allégresse », « cantar » (chanter en espagnol). Peut-être que dans un ancien dialecte alécanthien cela a une signification particulière ? Allez savoir…

Chacun des titres des tomes de la trilogie représente un artefact qu’Eïmina, ton personnage principal, doit trouver pour aller au bout de sa quête. Pourquoi ce choix de titre ?

Il faut savoir qu'en général ce genre de choses vient assez naturellement. Je sais que je me répète mais c'est ainsi que ça fonctionne avec moi.
Bien que cela soit l'histoire d'Eïmina, chaque tome, pans de son aventure, tourne autour de ces artéfacts. Autant les mettre en avant dans le titre et en couverture ! En revanche, ce qui m'a donné le plus de fil à retordre ce fut les titres des parties. En effet, chaque tome est divisé en deux parties. Je voulais un mot clef qui soit de genre féminin et qu'il y ait une harmonie entre chaque titre de partie. Chacun se termine donc en « ion ». J'ai dû faire la liste de tous les mots correspondants à ces critères et au à l'aventure que contenait la partie concernée. Une véritable partie de plaisir…

Revenons sur le personnage d’Eïmina. Tu as choisi un personnage principal féminin et non masculin comme on le voit souvent dans les livres fantasy. Qu'est-ce qui a motivé ce choix ? Est-ce qu'Eïmina te ressemble ?

J'ai fait le choix d'accueillir Eïmina comme héroïne tout simplement parce que la majorité de mes lectures d'enfance et d'adolescence mettaient en scène un garçon en personnage principal. Les filles n'avaient-elles pas droit elles aussi à un modèle, un exemple, une référence ? Les valeurs héroïques étaient-elles réservées aux garçons ?
Eïmina est donc venue pour accepter sa destinée et assumer son rôle d'Élue.
Pour répondre à ta seconde question, effectivement, Eïmina me ressemble mais tout autant qu'elle se distingue de moi. Elle possède certains de mes traits physiques et psychologiques. À noter que si elle passe par des phases de doutes, c'est que c'était aussi mon cas au moment où j'ai écrit le passage. Cela est valable pour Toussaint ses états d'âme. En réalité, il y a un peu de moi dans chacun de mes personnages. Ce qui nous différencie c'est qu'ils ont leur identité propre. Nous sommes tous uniques après tout, non ?

Nous rencontrons beaucoup de personnages dans ce premier tome. Est-ce que, pour certains d'entre eux, tu t'es inspiré de personnes de ton entourage, que ce soit physique ou au niveau de leur caractère ?

Ah ah ! Il y a bien des clins d'oeil à des personnes qui ont traversé ma vie durant la rédaction de ma saga. Cela peut être au niveau de noms de lieux, de personnages ou de traits physiques ou psychologiques. À vous de découvrir s'il s'agit de vous ou non. Qui sait, je vous fais peut-être un clin d'oeil à vous ?

Est-ce qu'il y a un passage du livre que tu as adoré écrire ?

J'avoue que j'aime écrire. Tout simplement. Il est difficile pour moi de choisir une seule scène en particulier. Néanmoins, j'ai eu envie d'adopter un lémurien. Je vous laisse découvrir pourquoi. Cependant, je dois admettre qu'il y a un type de scènes que j'apprécie plus particulièrement de rédiger. J'ai ma petite réputation de romancière sadique, aussi bien envers mes lecteurs que mes personnages. Les scènes que j'affectionne le plus sont celles qui me procurent le plus d'émotions contradictoires et qui réveillent ma dualité lectrice/romancière. Pour faire simple : les scènes où mes personnages en bavent.

Tu parles souvent de la dualité qui existe au fond de toi. D'un côté, nous avons l'auteure et de l'autre, la lectrice. Est-ce que, dans ce tome, la seconde en a souvent voulu à la première ?

Je pense que c'est le tome où elles se sont le moins heurtées l'une à l'autre. Il y a un passage que je vous laisse découvrir ou j'ai été confrontée à cette dualité.

Quel serait ton discours pour convaincre les lecteurs de plonger dans l'univers d’Alecanthia ?

Je ne suis vraiment pas une bonne commerciale mais d'après les retours positifs que j'ai eu je vous dirai ceci :
Ne vous arrêtez pas à « Encore une histoire d'Élu, de légende et de prophétie… » Osez l'aventure et laissez vous porter dans cet univers vaste et empli de surprises.

Pour être honnête, c'est souvent ce qu'on nous dit quand on parle de la trilogie. J'approuve complètement ton idée d'aller "au-delà des aprioris". En tout cas, merci pour le temps que tu nous as accordé. J’imagine que tu dois être impatiente d’avoir les retours des lecteurs sur ce premier tome. On se retrouve très vite pour des infos croustillantes sur le second tome de la trilogie !

Si tu veux en apprendre plus sur Alécanthia, n’hésite pas à te plonger dans le premier tome qui est disponible dans notre boutique ou à te rendre sur le site consacré à la saga : https://alecanthia.fr/

« Xortius ne fut repoussé qu’après beaucoup de chaos, de morts et de disparitions inexpliquées.
Qui aurait cru que des décennies plus tard, le monde réussirait peu à peu à se reconstruire ? Mais sans l’harmonie des temps passés.
Plus rien ne serait jamais comme avant.
Sauf si…
 »

Eïmina n’a que 18 ans lorsqu’elle apprend qu’elle est promise à un destin bien plus grand qu’elle ne l’avait imaginé. Devenue l’Élue, c’est sur ses épaules que repose à présent la vie de son peuple.
Face aux dangers et à l’armée de Xortius, un magicien banni, elle devra parcourir les terres de ses ancêtres et obtenir l’aide des elfes, des nains et des autres communautés magiques.

Parviendra-t-elle à sauver son peuple de la menace qui pèse sur lui ?

 

Lire le prologue

2 réponses

  1. C’est vrai que c’est assez rare d’avoir une héroïne dans ce genre d’univers (et surtout, ce type d’héroïne).
    Comme tu le soulignes, Sophie est une auteure sadique qui n’hésite pas à surprendre ses lecteurs avec des situations inattendues (je me suis permise d’éditer ton commentaire pour éviter de dévoiler le nom du personnage et laisser la “surprise” à ceux qui n’ont pas encore découvert le livre)

  2. J’ai adoré ce livre, et pour une fois c’est une fille!
    Mon passage préféré est l’éclosion de son petit dragon,je l’adore trop ❤️

    Je t’en ai voulu pour un personnage que j’aimais beaucoup…..et pour lequel tu as été sadique….[supprimé par UPDLN pour éviter le spoil]

    Merci 😘

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *